le mot de la thérapeute Dominique Guttierez

 

 

Je reçois Freddy depuis le mois de mai 2010, c’est un jeune homme dépassé par son corps, quelque chose en lui déconnecte et c’est de la violence qui sort.  Nous avons travaillé en parallèle de ses traitements médicamenteux et de tout ce que met en place sa maman.

Nous avons travaillé avec un poney (Géronimo), choisi lors de la première séance par Freddy. Le but était de pouvoir l’attraper et le panser puis de passer un moment avec soit à pied soit monté.

Au fil des séances l’approche s’est faite plus facile, le travail à pied semblait plus approprié. Freddy peu à peu  a plus assumé ce qui lui arrivait, il a du plusieurs fois retourner chercher Géronimo qui était parti suite à des gestes déplacés ou violent de Freddy. 

Il a pu apprendre le technique pour attraper le poney. Nous avons travaillé sur son schéma corporel, et à libérer les bras par de la gymnastique, des mouvements amples. Nous avons aussi instauré un petit jogging hebdomadaire dans le parc des poneys. Il a été possible de faire des petits massages du dos à Freddy, penché sur le poney.

Ensuite Freddy a passé une phase difficile ou sa violence était de moins en moins gérable pour lui, ou il ne pouvait ni se retenir  ni s’arrêter de frapper. Dévier cette violence sur un objet n’a pas fonctionné.  Freddy est rentré dans une phase de déprime.

Nous avons donc changé de méthode  et il a appris à pouvoir tout simplement être au milieu des autres, Freddy a passé des séances au milieu des poneys en troupeau, sans les attraper ni les toucher, simplement se faire accepter, dire bonjour poliment et se sentir entouré sans risque  ni pour lui ni pour les autres. Peu à peu les poneys se sont laissés approcher, et même les plus craintifs sont allés vers lui.  Peu à peu cela à restaurer une confiance en lui, il a pu faire une approche sous forme ludique, tout d’abord sans les mains  puis ensuite avec les mains et enfin jouer une rencontre avec un groupe, serrer la main pour les garçons, faire la bise pour les filles. Le troupeau de poneys s’est prêté avec bonne grâce à cela, il a pu faire l’expérience d’accepter que chacun ait une envie différente, certains étaient accueillant d’autres non, et lui est resté bienveillant avec tous.

Depuis février 2011, Freddy n’a plus « dérapé »,  les rencontres dans le paddock sont plus faciles, il a pu réattrapper Géronimo et avoir avec lui un échange  sans violence, Freddy fort d’une période de plus d’un mois sans violence se sent plus en confiance et commence également à plus parler, décrire ce qu’il fait……. A suivre….